Affaire Ahae : les Coréens de France interpellent Aurélie Filippetti

Bernard Hasquenoph | 13/06/2014

Dans une lettre saignante publiée en français et coréen sur le site d’informations Paris Copain, des Coréens vivant en France s’adressent à la ministre de la Culture ainsi qu’à différentes personnalités du monde culturel ayant eu affaire à Ahae en tant que mécène et « artiste » : Catherine Pégard, présidente du Château de Versailles ; Henri Loyrette, ex-président du Louvre et co-président de l’Année France-Corée ; Bruno Ory-Lavollé, directeur du Festival des forêts de Compiègne.

13.06.14 | AU NOM DE LEUR COMMUNAUTÉ d’expatriés, ces Coréens demandent des comptes à la France. Comment de hauts responsables culturels ont-ils pu faire affaire avec Yoo Byung-eun alias Ahae, artiste douteux, gourou d’une secte et ancien délinquant, actuellement en fuite et recherché par la police de Corée du Sud pour le naufrage du Sewol ? Les auteurs de la lettre n’hésitent pas à employer le terme de « corruption » au sens large et se disent choqués pour l’image de la France qu’ils voyaient jusque là « comme un pays de grand respect pour l’art et un pays modèle pour la démocratie ». Beaucoup plus informés que nous sur l’affaire Ahae/Yoo sur laquelle les médias coréens enquêtent depuis deux mois, ils révèlent des éléments inédits en France comme le fait que les photos d’Ahae, à première vue bien innocentes, étaient achetées par ses propres entreprises et ses adeptes à des prix exorbitants. Ils nous font l’amitié, en fin de lettre, de renvoyer vers notre site. Des actions devraient suivre : pétition, rassemblement… Nous soutenons leur démarche de demande d’éclaircissement à tous les niveaux de responsabilités, et pour que cessent immédiatement toutes collaborations avec le sinistre personnage d’Ahae.

« Depuis deux ans, la France déroule un tapis rouge exceptionnel à un photographe inconnu du nom d’Ahae, pseudonyme du milliardaire YOO Byung-Eun, acceptant son argent et exposant ses photos au Musée du Louvre (2012) et au château de Versailles (2013), opérations et arrangements sans aucun précédent dans les institutions françaises.

Le milliardaire coréen et son fils (YOO Hyuk-ki) qui gère les affaires artistiques de son père à travers AHAE Press, sont pourtant aujourd’hui recherchés par les autorités coréennes, avec même une prime de 600.000 dollars pour qui permettrait leur arrestation. Car non seulement ils sont compromis dans l’affaire du naufrage du Sewoldont YOO père est le propriétaire, et qui a fait plus de 300 morts, mais aussi ils sont accusés de détournements de fonds et de corruptions via de multiples entreprises leur appartenant. Ahae est aussi depuis longtemps le gourou d’une secte évangéliste qu’il administre en homme d’affaires » Suite de la lettre à lire ici…

Publicités