Ahae, mécène de Versailles, derrière le scandale du naufrage en Corée du Sud

Bernard Hasquenoph | 24/04/2014

En 2013, nous révélions la véritable identité de l’artiste Ahae, exposé et mécène du Château de Versailles et du Louvre, ce qui nous vaut aujourd’hui d’être interviewé par de grands médias coréens. Car Yoo Byung-Eun se retrouve compromis dans le scandale lié au dramatique naufrage du ferry Sewol en Corée du Sud.

24.04.14 puis mise à jour | La famille de Byung Eun Yoo (ou Yoo Byung-Eun) alias Ahae serait propriétaire de la Cheonghaejin Marine Company, l’opérateur du navire Sewol qui a coulé le 16 avril 2014 au large de la Corée du Sud, faisant 300 morts et disparus dont de très nombreux lycéens. Un drame national, décuplé par le scandale lié aux soupçons de « corruption au sein de la direction » et au comportement négligent de l’équipage. La police a perquisitionné dans les locaux de l’entreprise ainsi que dans la résidence de la famille Yoo.

Les médias coréens révèlent aujourd’hui de drôles de choses sur le passé de celui qu’ils surnomment, pour sa discrétion, le « millionnaire sans visage », dont nous avions découvert en 2013 l’identité – introuvable à l’époque – et le curieux parcours, sans aucun écho dans la presse française (lire ici notre enquête). C’était à l’occasion de son exposition-location au Château de Versailles, succédant à celle des Tuileries dépendant du Louvre, sans que ses dirigeants ne s’interrogent, semble-t-il, sur l’origine de sa fortune, ni sur sa véritable identité. Ahae est par ailleurs le mécène unique de la recréation contemporaine du bosquet du Théâtre-d’Eau, qui sera inauguré cet été à Versailles [inauguration repoussée au printemps 2015].

Prédicateur évangélique comme nous l’avions révélé, nous ignorions que son Eglise – les médias coréens parlent de secte – avait été compromise dans un suicide collectif d’une trentaine d’adeptes en 1987 et en 1992, il a été condamné à quatre ans de prison pour détournement de fonds lié à l’une de ses entreprises, déjà exploitante de ferries. Tout ceci se retrouve dans plusieurs médias coréens relayés par la presse anglosaxonne, résumé le 21 avril sur le site de l’Association d’amitié franco-coréenne et confirmé par le correspondant de La Croix à Séoul. Le 29 avril, l’étau se resserrait sur Byung Eun Yoo alias Ahae, et sa famille. Le 30 avril, Kim Myong-sik, journaliste au Korea Herald, premier quotidien coréen de langue anglaise, écrivait : « The real owner of Chonghaejin, identified as Yoo Byung-eon, directly or indirectly controls about 50 affiliated firms in Korea and abroad, traveling around the world as a photo artist named “Ahae.” He served four years in prison from 1991 for embezzling contributions from the followers of a religious sect founded by his father-in-law. Earlier in the late 1980s, he was investigated in connection with the suicide pact of 32 people who belonged to the group but was not charged. ». Le 9 mai, la justice coréenne annonce détenir des preuves que Yoo est le véritable propriétaire du ferry. Recherché par la police, on pensait qu’il se cachait dans le domaine de sa secte, là où il a pris ses photos, ses adeptes promettant un bain de sang. Le 22 mai, un mandat d’arrêt contre récompense était émis contre Yoo, considéré comme en fuite, après que la police l’ait cherché en vain dans sa propriété.

DOCUMENTAIRE DE LA CHAÎNE SBS SUR AHAE (diffusé le 17 mai 2014)

La justice coréenne enquête désormais sur des soupçons, entre autres, de fraude fiscale, liée à ses propriétés à l’étranger. Rappelons qu’en 2012, Ahae a acquis en France le hameau abandonné de Courbefy, en Haute-Vienne, via la société AHAE PRESS FRANCE basée à Paris.

Publicités