Ahae, mécène d’un concert de gala au Théâtre Impérial de Compiègne

Bernard Hasquenoph | 26/05/2014

En fuite et recherché par la police de Corée du Sud pour le naufrage du Sewol, gourou d’une secte et repris de justice, Yoo Byung-eun alias Ahae est exposant et mécène du concert de gala du Festival des forêts, programmé au Théâtre Impérial de Compiègne le 4 juillet 2014.

26.05.14 | DÉCIDÉMENT, AHAE AIME LA FRANCE. Peut-être pour sa loi sur le mécénat au dispositif fiscal avantageux, ou pour son monde culturel qui, du fait de la baisse des aides publiques, ne peut que se jeter dans les bras d’un généreux milliardaire comme lui, sans trop se poser de questions, ni sur l’origine de sa fortune, ni sur son identité. Après ses expositions au Jardin des Tuileries (Louvre) en 2012 et au Château de Versailles en 2013 qui lui ont donné une crédibilité artistique dans notre pays, une expo et un concert annoncés à la Philharmonie de Paris en 2015, on le découvre maintenant programmé au Festival des forêts, dans l’Oise, pour l’été 2014.

La manifestation, qui existe depuis 1992, propose essentiellement des concerts en pleine nature, dans les forêts de Laigue et de Compiègne, agrémentée du beau concept de concert-randonnée. La 22ème édition aura lieu du 20 juin au 17 juillet 2014, avec plus de 200 artistes et 30 concerts dans 16 lieux de Compiègne et sa région. Placé sous l’égide de la Ville de Compiègne, des Conseils régionaux de Picardie et de l’Oise, malgré une hausse de sa fréquentation le Festival est « dans une situation financière très tendue », indiquait en 2013 sa directrice Alexandra Letuppe au Courrier Picard. L’association organisatrice doit faire face à une baisse de 11 % des subventions publiques, en diminution constante « depuis sept ou huit ans » selon son président Bruno Ory-Lavolée. Voilà pour le contexte, un peu toujours le même en ce qui concerne le mécénat Ahae.

Comme on le note dans la brochure en ligne du du Festival des forêts (p.9 & 24) et sur la page du site Ahae est mécène, via sa société Ahae Press, de son concert de gala qui aura lieu le 4 juillet 2014 au Théâtre Impérial de Compiègne. Ce théâtre, voulu par Napoléon III, se trouve à proximité du musée national du Palais de Compiègne. Géré par une association, le théâtre est financé essentiellement par des subventions de la Ville de Compiègne, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Picardie (Ministère de la Culture) et du Conseil régional de Picardie. Éric Rouchaud, son directeur, indique que le Théâtre Impérial est propriété du Centre des Monuments Nationaux, c’est-à-dire de l’Etat, qui l’a confié à la ville.

Mais Ahae n’est pas seulement mécène de ce concert de gala, il y sera également « exposant ». En effet, lors de la soirée, il est prévu de projeter ses photos pendant les Quatre Saisons de Nicolas Bacri, ensemble de concertos joués en création mondiale par l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté sous la direction de Jean-François Verdier avec, en musicien vedette, le plus grand hautboïste français François Leleux. Le journal municipal d’avril-juillet 2014 faisant la promotion du « concert événement », écrit : « Une projection des photos de paysages de l’artiste coréen Ahae magnifie cette symphonie comme une ode à la nature sans cesse renouvelée ».

Selon la brochure, ce « projet pluridisciplinaire » est « né de la rencontre du compositeur Nicolas Bacri avec le photographe Ahae », ce qui nous étonnerait fort puisque personne, hors Corée et encore, n’a jamais vu celui que la presse coréenne a qualifié de « millionnaire sans visage ». Ses affaires « artistiques » sont gérées par son fils Keith H. Yoo (Yoo Hyuk-ki), actuellement sous le coup d’un mandat d’arrêt comme son père, dans son cas international puisqu’il pourrait être aux États-Unis. Le dossier a été confié au FBI.

Dans la communication du Festival des forêts, Ahae nous est présenté comme un « grand photographe coréen » (sic) et « artiste et inventeur prolifique ». On reconnaît là les éléments de sa biographie officielle élogieuse. L’actualité récente nous a appris que Yoo Byung-eun de son vrai nom – comme nous l’avons découvert en 2013 ce qui nous vaut d’être sollicité par les médias coréens -, était aussi et surtout gourou d’une secte et repris de justice. Depuis le dramatique naufrage du Sewol qui a causé, le 16 avril dernier, la mort de 300 personnes dont une majorité de lycéens, il est soupçonné d’être le propriétaire de facto de la compagnie maritime, propriétaire du ferry aux nombreuses irrégularités. La justice affirme détenir des preuves de son implication directe dans l’entreprise, ce qui pourrait le voir tenu pour responsable pénalement de la catastrophe. Lui et sa famille sont visés par des instructions judiciaires pour évasion fiscale, détournement de fonds et corruption. Introuvable, il est depuis le 22 mai sous le coup d’un mandat d’arrêt, avec à la clef une récompense pour qui mettra la police sur la piste.

En avant-propos du dossier de presse du Festival des forêts 2014, Philippe Marini, maire de Compiègne et sénateur de l’Oise, annonce une nouvelle édition promettant « bien des surprises ». On n’en doute pas, d’autant que si le « photographe japonais » (sic) Ahae est présent comme il l’affirme, le concert de gala ne risque pas de se passer comme prévu. Comme nous l’avions fait pour la Philharmonie de Paris, nous avons adressé un mail aux organisateurs du Festival des forêts pour savoir si, compte tenu des circonstances et des révélations sur le passé et le profil de Yoo/Ahae, sa participation est maintenue. En attente d’une réponse.

A ce jour, la Philharmonie de Paris a supprimé de son programme en ligne toute mention de l’exposition Ahae pour 2015 sans qu’on sache si elle est officiellement annulée, ni s’il est mécène de l’établissement. Quant au Château de Versailles dont Ahae est mécène de la recréation du bosquet du Théâtre d’Eau qui doit être inauguré prochainement, son nom apparait toujours sur son site, en bas de la page dédiée au projet. Quant à la presse française, elle se tait, à quelques très rares exceptions.

Publicités